Louer un bien est devenu un vrai parcours du combattant en France, à la ville comme à la campagne. Pourquoi? Car avoir le statut de freelance est perçu comme instable par les bailleurs. Pourtant, en adoptant quelques conseils simples, vous serez en mesure de prétendre à un bien à la location au même titre qu’un CDI confirmé.

Ainsi, nous aborderons ici comment : 

  • Établir efficacement son budget locatif 
  • Rassembler ses pièces et optimiser son dossier
  • Faire appel à un garant
  • Entamez ses recherches sereinement

Qu’importe le profil, le marché de la location et de l’immobilier de manière générale est en forte tension depuis la pandémie. Les propriétaires ont fait face à une augmentation significative des impayés de loyer et ont revu à la hausse les conditions d’éligibilité des locataires. 

Sur le marché locatif, les profils CDI confirmés ont toujours été avantagés par rapport à des profils moins “conventionnels”. Le statut de freelance fait partie de cette catégorie de statut peu mis en avant par les agents immobiliers. Pourtant, ce type de profil possède tous les atouts pour louer un appartement au même titre qu’un locataire en CDI. 

En mettant en place quelques conseils, vous serez en mesure d’obtenir votre futur logement avec un dossier optimal. Rigueur, pédagogie et résilience seront vos meilleurs atouts pour rassurer le propriétaire ou l’agent immobilier.

personne signant un contrat

#1 : Avant d’entamer vos recherches, clarifiez vos finances et évaluez votre budget

Pas de précipitation ! Avant de se lancer dans la recherche de votre futur logement, plusieurs étapes sont indispensables pour optimiser vos recherches.

En effet, il faut tout d’abord maîtriser votre comptabilité pour évaluer efficacement le budget que vous souhaitez dédier à votre loyer. La gestion de vos finances est indispensable pour clarifier votre dossier auprès d’un bailleur. 

En tant qu’auto-entrepreneur, vos revenus ne sont pas toujours fixes et donc votre salaire peut varier. Du point de vue du bailleur, cette irrégularité est un point bloquant. Même si vous gagnez plus que correctement votre vie, un agent immobilier aura tendance à proposer des profils avec des finances solides et stables

Pour rappel, il ne s’agit pas là de remettre en cause votre capacité à payer en temps et en heure votre loyer mais bien de préparer un dossier locatif solide

L’estimation de votre budget de location sera majoritairement dictée par vos besoins : studio, T2, T3, maison avec jardin, excentré… En fonction de vos attentes, vous devez estimer le coût de votre location sur le marché immobilier pour être certain de pouvoir vous le permettre et surtout de prouver que vous gagnez trois fois le montant du loyer

Dans une majorité des cas, les freelances ne prennent pas en compte les dépenses professionnelles dans l’évaluation de leur budget. Veillez donc à soustraire vos frais comme l’achat de matériel, les abonnements de logiciels, internet, l’électricité, l’alimentation, etc. Prenons l’exemple où vous débutez une nouvelle mission pour un client impliquant l’achat de la suite Abode, que vous payez mensuellement. Il est crucial de déduire ces frais du chiffre d’affaires généré par cette mission pour ne pas biaiser vos résultats de compte.

Ainsi, vous serez capable de conforter vos attentes face à la réalité de votre trésorerie. Cette première étape vous permettra de revoir à la hausse ou à la baisse vos attentes par rapport au marché locatif actuel. 

Besoin d’aide sur ce sujet ? Des outils de gestion dédiés aux freelances existent pour vous épauler sur le suivi de vos activités, dépenses, bref, votre trésorerie en général. Ce qui vous permettra d’avoir une idée plus claire sur la charge prévisionnelle du loyer

Si vous débutez en tant que freelance, pensez à comparer les tarifs proposés par vos concurrents et à revoir votre TJM. Vous verrez peut-être une hausse de votre chiffre d’affaires dans les prochains mois.

Pour réduire le coût de votre loyer, plusieurs aides existent pour alléger vos dépenses mensuelles. Sachez que les freelances sont éligibles aux aides au logement accordées par la CAF notamment. Les procédures sont différentes par rapport aux autres profils mais, rien de compliqué ! 

Pour faire une demande, vous devez envoyer une lettre recommandée à la CAF pour expliquer votre situation d’auto-entrepreneur et le certificat d’inscription Sirene ou un extrait Kbis pour justifier votre activité professionnelle. Cette estimation peut rehausser vos prétentions et donc vous permettre d’obtenir un bien de meilleure qualité et plus grandBien calculer votre budget vous permettra d’être en phase avec le marché locatif de la région. De plus, elle vous permettra de préparer un dossier complet et cohérent pour prétendre à un bien à la location. Veillez donc à bien respecter les différentes étapes : maîtrise de votre comptabilité, estimation de votre budget maximum, gestion des dépenses annexes et optimisation des coûts du loyer. 

ordinateur

#2 : Optimiser son dossier locatif pour correspondre aux besoins du marché locatif

Ça y est, votre budget est défini et vous êtes fin prêt à entamer vos recherches… Pas encore ! Il vous reste une dernière étape de préparation avec d’aller scruter les différents sites d’annonces immobilières. 

Il s’agit de l’étape la plus importante : construire un dossier solide pour faire face à une concurrence toujours plus forte pour la location d’un appartement. 

Comme pour un entretien d’embauche, vous devez vous démarquer des autres candidats et notamment grâce à votre CV (en l’occurrence, votre dossier locatif ici).

Votre objectif avec le statut d’indépendant est de prouver au bailleur votre solvabilité et surtout votre stabilité financière. En plus des documents obligatoires comme votre pièce d’identité (carte d’identité ou passeport pour les étrangers), un justificatif de domicile, les dernières quittances de loyer et vos deux derniers avis d’imposition, vous devez collecter toutes les pièces justificatives pour remplacer les fiches de paie. 

  • Un tableau de bord récapitulatif de vos missions avec vos chiffres d’affaires mensuels, ce justificatif de revenus est disponible directement si vous utilisez un outil de gestion ou proposez vos prestations sur la plateforme Malt. 
  • Un document prouvant l’immatriculation de votre micro-entreprise : Attestation SIRENE par exemple pour justifier votre activité professionnelle. 
  • Les contrats de vos dernières missions freelance signés avec vos clients, idéalement de longue durée pour prouver votre stabilité sur le long terme. 

Pour augmenter vos chances d’obtenir le logement, nous vous conseillons d’ajouter des pièces justificatives qui sont facultatives mais peuvent être utiles : 

  • Une attestation officielle d’un expert-comptable pour prouver vos revenus.
  • Une lettre de recommandation de votre ancien propriétaire pour rassurer sur la ponctualité du paiement de vos mensualités 
  • Un garant physique ou digital pour votre location (nous y reviendrons dans une prochaine partie)

Une fois l’ensemble de ces pièces collectées, il reste une dernière étape pour soigner la présentation de votre dossier. Les agences peuvent être particulièrement exigeantes quant à l’organisation de votre dossier : format zip ou rar, pdf ou png, fichiers séparés ou assemblés… 

D’expérience, nous vous conseillons fortement de fournir un pdf assemblé avec l’ensemble de vos pièces n’excédant pas 10Mo pour simplifier le téléchargement, la lecture et le transfert de fichiers. 

Éviter les liens drive et wetransfer, certaines agences n’aiment pas fonctionner de cette manière. C’est un détail qui peut faire toute la différence lorsque vous êtes face à un candidat moins réactif et arrangeant. De plus, certaines agences immobilières vous demanderont de remplir un document papier avec vos informations personnelles. C’est un document standard qu’il faudra remplir en plus de fournir votre dossier. Il vous suffira donc de scanner le document et de le remplir.

Votre dossier est quasiment complet et traduit votre capacité à être à l’écoute des besoins du marché. N’oubliez pas de bien ajouter l’ensemble des pièces indispensables et optionnelles tout en respectant les quelques consignes pour simplifier sa lecture par l’agent immobilier. En étant méticuleux, organisé et rigoureux dans son élaboration, vous démontrez aux bailleurs que votre profil est rassurant. Ainsi, vous vous démarquez de la majorité des profils qu’un propriétaire ou un agent immobilier rencontre quotidiennement. 

clefs

#3 : Garant physique ou digital pour votre location : quelle option choisir ? 

Le sujet de la garantie est un élément central d’un dossier locatif. Vous avez probablement déjà été confronté à ce sujet lors d’une précédente location d’appartements. La demande d’un garant locatif est monnaie courante en France. Cette pratique n’est pas active dans tous les pays mais notre système permet aux propriétaires de demander ce type de garantie. 

On distingue deux types de garant (physique ou digital) et deux types de garantie (Garantie Loyer Impayé ou Garantie Loyer Impayé Inversée). Qu’importe le garant locatif que vous utilisez, la plupart des bailleurs demandent d’en avoir un. Il vous suffit donc de choisir quelle option vous convient et convient le mieux au propriétaire.

Un propriétaire va impérativement chercher à se protéger contre les impayés de loyer. Certains propriétaires souscrivent à une GLI : Garantie Loyer Impayé pour éviter les retards et impayés de loyer. Ce système est à sa charge et indexé en fonction du montant du loyer. Souvent proposés par les agences, de moins en moins de propriétaires utilisent ces services car c’est un coût significatif en plus des mensualités de crédit. 

Dorénavant, ils préfèrent utiliser le système de GLI inversée. La différence majeure de cette garantie réside dans le fait que c’est à la charge du locataire. Une GLI inversée est aussi ce qu’on appelle un garant digital. Du point de vue d’un propriétaire, il est donc plus intéressant de demander au locataire d’utiliser une GLI inversée versus une GLI “classique”.

Pour en revenir au système de garants, plusieurs points sont à prendre en compte en tant que futur locataire. Il est important de comprendre lequel choisir, car ils pourront faire pencher la balance en votre faveur face à un dossier concurrent. Dans le cas d’un garant physique, il s’agit ni plus ni moins qu’un proche à vous. Souvent un membre de la famille, un ami ou un référent de confiance, il peut se porter garant pour votre location. Il devra fournir des pièces justificatives (identité, salaire, contrat de travail, justificatif de domicile) pour prouver sa capacité à prendre en charge les impayés de loyer.

Un système classique, mis en place depuis plusieurs années qui présente toutefois quelques failles pour le propriétaire. En effet, il n’existe aucune garantie que le garant va à son tour payer les mensualités. Pour des raisons personnelles, le garant peut refuser de prendre le relais sur le paiement. Même s’il a signé le bail de la location, certains volets juridiques lui permettent de s’extirper de cette situation, s’il le souhaite. Le propriétaire est donc sans solution et la situation peut vite devenir catastrophique.

C’est pourquoi depuis quelques années, des sociétés ont émergé pour développer des produits de garantie digitale. Contrairement à un garant physique, c’est une société qui se portera garant pour votre location. 

Ce système est payant et à votre charge. Il varie en fonction du montant de votre loyer (aux alentours de 3% de votre loyer annuel). Néanmoins, ce garant va considérablement améliorer votre dossier puisqu’il protège entièrement votre propriétaire contre les impayés de loyer. Vous lui prouvez donc que vous êtes en mesure de souscrire à une garantie locative. 

C’est d’ailleurs le garant digital qui se chargera de valider votre dossier auprès du propriétaire ou l’agence en expliquant que votre profil est totalement solvable (en fonction du montant de loyer). 

L’attestation de garantie peut vraiment faire toute la différence dans votre dossier locatif. Vos revenus et missions sont les seules ressources nécessaires pour bénéficier de cette garantie.SmartGarant, un des partenaires de Malt peut vous accompagner dans cette démarche. Ils proposent une simulation en quelques clics pour optimiser votre dossier locatif. Simple, rapide et 100% en ligne, leur équipe vous accompagne dans votre recherche de location d’appartements et c’est bien sûr sans engagement. 

téléphone

#4 : Étendre vos sources de recherche

Comme nous l’évoquions précédemment, le marché immobilier en France est de plus en plus complexe. Les propriétaires se prémunissent contre les impayés de loyer, les critères de sélection sont de plus en plus drastiques et les agences exigent plus de garanties. Le marché est en forte tension et cette tendance n’est pas prête de s’améliorer. 

Les appartements ou maisons en location sont donc nombreux (en fonction de votre région, l’offre peut varier). C’est pourquoi il faut explorer différentes options pour trouver un logement. 

En fonction du type de bien, des plateformes spécialisées existent et sont plus ou moins flexibles sur les profils des locataires. 

Si vous cherchez un logement individuel et en colocation ou pour du coliving, les recommandations seront différentes. 

Dans le premier cas de figure, deux options s’offrent à vous : 

  • Passez par les agences immobilières : elles proposent de nombreuses annonces d’exception et possèdent des mandats pertinents auprès de propriétaires qui leur font confiance. C’est la méthode la plus classique pour chercher un bien. Une chose est sûre : vous trouverez votre bonheur ! Mais reste à se différencier par rapport à tous les autres candidats. Les critères de sélection de ces agences sont parfois très arrêtés et peuvent vous indiquer par téléphone que vous ne correspondez pas aux critères du propriétaire. Ne le prenez pas personnellement, vous pouvez néanmoins leur indiquer que vos finances sont très bien tenues et que vos pièces le prouvent. Prenez en compte le fait qu’en passant par une agence, vous devrez payer des frais, un élément à prendre en considération si votre budget est limité. 

N’hésitez pas à appeler directement et le plus rapidement possible pour être le premier à réserver un créneau de visite. Premier arrivé, premier servi ! 

  • Optez pour un particulier : il s’agit d’aller directement à la source et d’éviter les entremetteurs (agences immobilières). Ainsi, vous évitez les frais d’agences et les refus de votre statut. Attention, cela n’implique pas que vous serez automatiquement accepté par les propriétaires mais vous serez en mesure de les convaincre plus directement comparé à un agent immobilier. Un propriétaire pourra être moins exigeant et plus compréhensif sur la nature de votre statut. Si vous contactez le propriétaire par téléphone, il faudra être pédagogue, expliquer simplement les spécificités du profil de freelance et le rassurer sur la pertinence de votre dossier. De plus, les procédures d’expulsion d’un mauvais payeur en France sont lentes et compliquées, vous devez donc lui inspirer confiance et le rassurer quant à votre situation financière (documents à l’appui). Vous serez éventuellement amené à faire le même discours à un agent immobilier. 

Comme vous l’aurez compris, ces deux typologies d’interlocuteurs sont destinées à des biens à la location classique. En tant que freelance, vous ne serez pas forcément en mesure d’être éligible à des biens comme des HLM, logements sociaux ou résidences étudiantes (sauf cas particuliers). Nous partons du postulat que vous êtes en mesure de prendre un bien plus classique. 

Nous l’évoquions juste avant, vous pouvez être à la recherche d’un bien en coliving. Dans ce cas de figure, nous vous invitons à consulter les plateformes de nombreuses startups spécialisées dans la recherche de biens sur ce marché. Les biens sont généralement d’excellente qualité et le service est très réactif. Attention, la liste d’attente varie en fonction des villes, ce type de bien est de plus en plus prisé.

Impossible n’est pas freelance ! En mettant en place ses différents conseils, vous mettez toutes les chances de votre côté pour trouver un logement qui convienne à vos attentes. Le meilleur conseil que nous puissions vous donner est de faire preuve de patience. La recherche d’appartement est un processus parfois chronophage qui peut en décourager plus d’un. Surtout si vous n’avez pas le profil idéal sur le papier.

Pourtant, en tant que freelance, votre profil reste attractif pour ceux qui savent faire preuve d’écoute. Alors il ne vous reste plus qu’à chercher la perle rare.