Prendre du recul sur son activité grâce au regard d’un consultant indépendant

Dans un monde toujours plus connecté où les sollicitations sont toujours plus nombreuses et où le temps est désormais une denrée rare : comment avoir le recul nécessaire pour se poser les bonnes questions au regard de l’avenir et fixer un cap ? C’est avec la volonté d’y voir plus clair et de prendre de la hauteur sur un quotidien qui va à 100 à l’heure qu’ont souhaité participer Yoan et Céline Manesse, fondateurs de l’agence de communication et de marketing YMCM, à l’initiative Choiseul for Good

Ce projet inédit, lancé en novembre dernier par Malt en collaboration avec L’institut Choiseul, vise à mettre en relation un réseau de grands dirigeants, avec des entreprises françaises dans un contexte de crise covid-19. Pour Yoan et Céline Manesse, le choix s’est tout de suite porté vers Florian Delmas, CEO et Directeur Général du Groupe Andros, avec qui l’expérience s’est avérée être bien plus qu’un coaching, une rencontre humaine ! Explications.

Pourquoi avez-vous fait le choix de participer à l’aventure Choiseul for Good ? 

Yoan et Céline Manesse. En tant que fondateurs d’une agence de communication, nous faisons régulièrement appel à des consultants externes, dans le cadre de nos missions clients. C’est donc toujours une consultation « exogène » à notre entreprise. Or, le moment était venu pour nous d’inverser la tendance ! En d’autres termes, qu’un regard externe puisse se poser sur notre activité pour nous permettre de prendre de la hauteur sur les problématiques auxquelles nous faisons face. 

Cette prise de conscience n’a pas été facile. C’est un vrai chemin d’humilité qu’admettre avoir besoin d’aide pour repenser son activité. Et pourtant, cela devenait nécessaire dans un contexte où nous avions constamment la tête dans le guidon et où nous nous oubliions presque en tant que chefs d’entreprise. 

Nous avons d’abord envisagé faire appel à une agence de communication. Mais après mûre réflexion, il nous semblait primordial que ce consultant n’appartienne ni à notre secteur d’activité, ni à notre réseau afin que l’objectivité prime.

Nous avons rapidement eu vent de l’opération Choiseul for Good qui s’alignait justement à notre volonté d’aller vers “l’inconnu”. Ce sont aussi les valeurs défendues par l’initiative et surtout l’action humanitaire derrière celle-ci qui ont joué la balance. 

Florian Delmas. Je rejoins Yoan et Céline sur ce dernier point, l’aspect humanitaire du projet a tout de suite retenu mon attention. C’est également le contexte de crise dans lequel nous vivons, impactant beaucoup d’entrepreneurs, qui m’a donné envie de dégager du temps et d’aider à mon échelle. 

Puis, c’est la mission qui m’a plu. J’ai trouvé intéressant le fait de découvrir un univers que je ne connaissais pas et original qu’une agence de communication et de marketing souhaite être conseillée à son tour. 

Enfin, j’ai été séduit par les personnes que j’ai rencontrées et la démarche authentique dans laquelle Yoan et Céline s’inscrivent.

Yoan et Céline, pourquoi votre choix s’est-il tout de suite porté vers Florian ? 

Yoan et Céline Manesse. Pour ses expériences bien évidemment, mais aussi et surtout pour ses valeurs. Florian a véritablement grandi au sein de son entreprise et ce rapport de confiance construit au fil des années a eu du sens pour nous. C’est aussi une personne avec qui nous partageons des valeurs fortes, notamment sur les questions environnementales. 

Comment s’est déroulée la mission ? 

Florian. J’ai tout simplement adoré ! D’un côté parce qu’il y avait une démarche presque psychologique dans leur demande. J’ai rencontré un couple derrière l’entreprise : Céline et Yoan sont des personnes très engagées et volontaires, ils avaient conscience des problèmes qu’ils devaient régler pour mieux envisager le futur de leur agence. De l’autre, parce que cet accompagnement intégrait tout un travail de repositionnement stratégique : d’analyser leurs forces, leurs faiblesses, de débloquer certaines ressources, etc. 

Mon rôle a simplement consisté à les aider à s’oxygéner et à les amener à se poser les bonnes questions. Car pour moi un bon consultant, c’est avant tout quelqu’un qui doit faire preuve d’une grande écoute. Ils avaient déjà les compétences, les ressources : nous avons cherché ensemble comment trouver un alignement entre l’ADN de l’entreprise et leur position de dirigeants. 

Yoan et Céline. Florian a adopté une vraie posture de « Servant leadership » et déployé une approche maïeutique que nous avions perdu. C’est à la fois important et agréable de s’entendre dire les choses clairement dans une époque où tout est de plus en plus lisse. 

L’honnêteté de Florian était réelle, franche, objective. C’était un vrai plaisir d’échanger avec lui, au-delà même de notre problématique business. 

Que retenez-vous de l’opération Choiseul for Good et de votre expérience sur Malt ? 

Florian. Je dirais l’écoute. L’opération Choiseul for Good m’a permis d’adopter une nouvelle posture d’écoute. Chez Andros, nous sommes plus de 10 000 salariés et forcément à cette échelle l’écoute est différente.

Concernant Malt, je vais résumer grossièrement votre rôle à travers cette initiative, mais vous êtes un peu « le Meetic du consulting » (rires), où quand la connaissance rencontre la connaissance !

Yoan et Céline. Pour rester dans les comparaisons, Choiseul for Good a été pour nous comme « un cadeau de Noël » : l’occasion de faire une bonne action, de collaborer avec des talents, et précisément dans notre cas, de vivre une aventure humaine incroyable. 

Cette expérience nous a nourris, inspirés. Bref, un grand bol d’air frais qui nous a redonné l’envie de nous lever le matin !

Quel conseil donneriez-vous à une entreprise qui souhaite faire appel à un consultant indépendant ? 

Florian. Je pense qu’un des facteurs clés du succès de l’opération est la préparation du client. Il doit être prêt à agir, il n’y a pas le temps de tergiverser ou de tourner autour du pot. 

Yoan et Céline. Effectivement, cette expérience nous l’avons appréhendé comme un sprint : c’était rapide certes (1 journée), mais ça nous a permis d’aller droit au but, avec moins d’a priori et de peurs. 

Florian Delmas et Yoan Manesse sont également tous deux auteurs. 

Florian Delmas, auteur du livre manifeste, Planète A Plan B : faire société pour l’essentiel paru aux éditions Coup de coeur à travers lequel il partage ses réflexions, ses convictions et ses propositions pour réconcilier écologie et économie.

Yoan Manesse, auteur du livre, Devenir professionnel de la musique : un guide destiné aux amateurs qui veulent se lancer dans une carrière musicale et aux professionnels souhaitant enrichir leurs connaissances. 

Pour rencontrer d’autres consultants “Choiseul for good”, rendez-vous sur le site : https://choiseulforgood.malt.fr/.