Le 13 avril 2021, Malt lançait le premier événement dédié à la Talent Economy : un événement 100% digital qui proposait d’analyser les grandes tendances du marché du freelancing en Europe. 4 conférences, 11 intervenants, issus du monde de l’entreprise, des médias, de l’entrepreneuriat et du milieu académique, pour repenser le monde du travail de demain. 

Car, plus que jamais, l’année 2020 aura été une année historique pour les entreprises. Au-delà de l’impact conjoncturel, la crise économique va laisser des traces structurelles durables. Le télétravail est certes devenu la règle mais ce n’est que l’arbre qui cache la forêt. La crise sanitaire a provoqué une série de changements mettant à bas les freins à la transformation digitale des entreprises. Elles ont dû s’appuyer sur des talents externes pour embrasser, sans réserve, les outils numériques qui leur ont permis de garder leur activité. Mais comment appréhender la gestion de ces talents en entreprise ? C’est à cette question que nous avons tenté de répondre au travers de ce premier Talent Economy Summit. Retour sur les conférences et les échanges qui y ont eu lieu. 

Les grandes tendances du marché du freelancing en Europe en 2021 

Pour introduire cette première édition du Talent Economy Summit, Vincent Huguet, fondateur et CEO de Malt, nous présente un état des lieux du monde du freelancing en Europe : 

  • +61% de croissance du marché du freelancing depuis 2004, en France, Espagne et Allemagne,  
  • 3 millions de consultants freelance répartis sur les 3 pays, 
  • 84% des freelances ne souhaitent pas retourner au salariat. 

Il revient ensuite sur l’impact de la crise Covid-19 sur l’entreprise et comment le future of work s’est rapidement transformé en “present of work” : un monde du travail où la transformation digitale a pris une toute autre dimension. Il rappelle l’importance de collaborer avec des consultants freelance, véritables pollinisateurs de la digitalisation, qui diffusent à la fois leurs hard skills, mais aussi leurs soft skills, comme la flexibilité ou l’agilité, au sein de l’entreprise.

Comment la flexibilité des talents favorise-t-elle l’innovation au sein des entreprises ?

C’est ensuite au tour de Vinciane Beauchene, Managing Director & Partner au Boston Consulting Group et Frank Muller-Langer, Professor of Digital Transformation à l’Université de Munich de prendre la parole. Ces deux spécialistes du monde du travail reviennent justement sur cette notion de pollinisation des “soft skills” au sein de l’entreprise. Car si la crise du Covid-19 a largement contribué à la généralisation du télétravail, ¾ des freelances travaillaient déjà à distance avant la crise. Une capacité d’autonomie et de gestion des équipes à distance qui est aujourd’hui hautement recherchée par les entreprises. Vinciane Beauchene et Frank Muller-Langer mettent également en lumière la place importante de l’autoformation* chez les freelances, leur permettant d’être constamment à la pointe de leur art et in fine, d’en faire bénéficier les entreprises avec lesquels ils collaborent (*6h, c’est en moyenne le temps que dédie un consultant freelance à sa propre formation par semaine). Ce sont aussi de nouvelles méthodes de travail et outils acquis au fil de leurs missions que les freelances laissent sur leur passage. 

Business Case Total Wash : le freelancing, accélérateur digital dans un grand groupe 

Après avoir présenté un état des lieux du monde du freelancing en Europe et analyser les bénéfices qu’ils peuvent apporter à l’entreprise, Michel Centeno, Directeur Digital et Stratégie de Total Wash, réseau de lavage automobile en France et filiale du groupe Total, nous raconte comment les freelances font désormais partie intégrante de son équipe. Une équipe hybride où se mêlent talents internes et externes. En effet, avec la volonté de moderniser et de digitaliser le parcours online de Total Wash, Michel a fait appel à des consultants freelance sur Malt. Des experts pour l’aider à la fois sur des problématiques liées à la cybersécurité et à l’infrastructure. Au-delà d’aller chercher des compétences dont il ne dispose pas en interne, Michel Centeno explique aussi faire appel aux freelances pour la richesse de leurs expériences et leur état d’esprit.”Dans les grands groupes, nous n’avons pas forcément les réflexes que peuvent avoir des Googles ou des Facebook, et quand on s’adresse à un freelance qui a dix ans d’expérience et qui a donc été de mission en mission dans des entreprises très diverses, on capitalise aussi là-dessus.” témoigne t-il. 

Auto-formation, peer to peer learning, on demand learning : s’inspirer des indépendants pour former vos équipes

Pierre Dubuc, cofondateur et CEO d’OpenClassrooms entre en scène. Ce précurseur de la formation en ligne (Pierre est également fondateur du Site du Zéro, l’un des premiers sites dédié à l’apprentissage du code en France) nous explique sa vision du monde du travail de demain, un monde où la formation, trop longtemps mise de côté doit reprendre sa place au coeur de l’entreprise. Avec jusqu’à 6h par semaine dédiées à l’autoformation, les freelances sont “les bons modèles à suivre” nous explique t-il. Car c’est bien l’apprentissage tout au long de leur carrière qui en fait d’eux des talents plus rapides, plus agiles et adaptables à tous types d’organisations. Une démarche qu’il conseille à tous les travailleurs, salariés compris. 

Femmes freelances : une opportunité pour la diversité en entreprise

Pour clôturer cette première édition du Talent Economy Summit, Florence Caghassi, Task Force pôle diversité de SISTA, collectif de femmes entrepreneures et investisseurs qui promeut plus de diversité dans l’économie numérique et Laetitia Vitaud, autrice et conférencière sur le futur du travail, échangent sur la question de la place des femmes en entreprise et comment celles-ci s’en émancipent de plus en plus pour devenir freelance. Une vague d’émancipation particulièrement remarquée chez les femmes âgées de 45-50 ans qui souhaitent mettre à profit leurs compétences et leur talent différemment, gagner en autonomie et reprendre le pouvoir sur leur choix de carrière. 

À ceux qui ont suivi le Talent Economy Summit en live, nous espérons que cette première édition vous a plu. Et à ceux qui n’ont pas eu cette chance, revivez l’intégralité de la conférence en replay

À l’année prochaine !