Que ce soit via des sites de formations en ligne, les réseaux sociaux, à travers des livres ou des podcasts, les freelances dédient en moyenne 5 à 6h par semaine à leur propre formation. Pour Pierre Dubuc, cofondateur et CEO d’OpenClassrooms, qui était l’invité de la première édition du Talent Economy Summit, les entreprises ont tout intérêt à s’inspirer des indépendants si elles veulent rester compétitives. Explications.

L’importance de l’auto-formation chez les freelances 

D’après notre étude Freelancing in Europe in 2021 réalisée en collaboration avec le BCG, les freelances déclarent dédier 5 à 6 heures par semaine à leur propre formation. Des chiffres qui n’ont pas surpris Pierre Dubuc, précurseur de la formation en ligne, notamment à l’origine du tout premier site de formation français de code en ligne, le Site du Zéro. En effet, selon lui : “les freelances sont les bons modèles à suivre”, car c’est bien l’apprentissage tout au long de leur carrière qui leur permet de rester à la pointe de leur art. En se formant chaque semaine, les freelances progressent continuellement et disposent de compétences d’avant-garde. Ils deviennent également plus rapides, plus agiles et adaptables à tous types d’organisations. 

Et pourtant, historiquement « les freelances sont moins bien « lotis » en termes de financement de la formation que les salariés » nous explique Pierre. En effet, la création du Compte Personnel de Formation qui met à niveau égal l’accès au financement de formation suivant les statuts est assez récent et jusqu’alors la formation des freelances restait à leur charge. « Mais les choses changent et c’est une très bonne chose que la formation soit non plus lié au statut mais à la personne », témoigne-t-il.

Vers une culture apprenante en entreprise  

Pour Pierre Dubuc, les entreprises doivent s’inspirer des freelances sur les questions de formation. Elles doivent encourager leurs salariés à se former toute l’année et « pas uniquement une fois par an », précise-t-il. Les entreprises ont également tout intérêt à s’appuyer sur les freelances pour permettre à leur salariés de mieux appréhender le travail à distance, devenir plus agile et gagner en flexibilité. 

 

(Re)découvrez l’intégralité de la conférence ici :